#EmmaLit : « La petite marchande de rêves » de Maxence Fermine

IMG_8166

C’est très bête mais j’ai craqué sur ce livre à cause de la couverture!
Il faut dire qu’elle est super mignonne.
Et tant pis si c’est un livre pour jeunes ados, rien que la couverture m’a convaincue qu’il fallait que je lise cette trilogie.

Entrez au Royaume des Ombres et choisissez votre rêve…
Le jour de ses onze ans, Malo tombe dans la Seine. Aspiré dans un toboggan, quand il ouvre les yeux, il découvre un monde en noir et blanc, éclairé par une lune en diamants. Il vient de pénétrer au Royaume des Ombres, un lieu magique où les habitants sont aussi étranges que fascinants: Arthur, l arbre qui ne cesse d éternuer; Mercator, le chat si bavard vieux de 213 ans; Lili, la petite marchande de rêves au regard d or qui capture les songes… Mais aussi des spectres inquiétants et un dangereux alchimiste qui lui jette un terrible sort. Pour briser le maléfice, Malo a un énorme défi à relever.
Et une nuit…

Alors, je vais être honnête, c’est vraiment un roman pour mômes mais je les trouvais vraiment sympathique.

Dans cette ouvrage, on retrouve les 3 tomes de la trilogie de Maxence Fermine:
– La petite marchande de rêves.
– La poupée de porcelaine.
et,
– La fée des glaces.

Dans chaque tome, Malo, un jeune garçon de 11 ans (au début) vit une folle aventure avec à chaque fois des personnages rocambolesques.

On voyage avec Malo dans ce lieu magique et imaginaire qu’est le pays des ombres.
Un lieu où les chats et les arbres parlent et où l’on peut acheter des rêves dans des petites boites d’allumettes.

On sent d’ailleurs parfois une certaine inspiration: Tim Burton ou encore J.K. Rowling mais c’est comme des petits clins d’oeil.

Les intrigues se résolvent assez facilement mais peu importe, cela ne m’a pas empêchée de passer un très bon moment avec ce conte fantastique où au fil des pages et des mots on voit le héros passer de l’enfance à l’adolescence en douceur loin de ses parents totalement absents.

La morale de l’histoire, c’est qu’on vit dans un monde où l’on tout va à cent à l’heure surtout nous et qu’on passe à côté de beaucoup de choses…

Carpe Diem en somme.

Share Button

Laisser un commentaire