#EmmaLit – « Mémé » de Philippe Torreton

« Mémé, c’est ma mémé, même si ça ne se dit plus. Mémé me manque. Ses silences, ses mots simples au Scrabble, sa maison enfouie sous les pommiers et son buffet d’avant-guerre. Ce texte est subjectif, partial, amoureux, ce n’est pas une enquête, ce n’est pas une biographie, c’est ce que j’ai vu, compris ou pas, ce que j’ai perdu et voulu retenir, une dernière fois. Mémé, c’est mon regard de gamin qui ne veut pas passer à autre chose ». Voici le portrait qu’à plus de quarante ans Philippe Torreton fait de celle qui fut le personnage central de son enfance.

J’avais envie de lire ce roman depuis mille ans (au moins) parce que Mémé, c’était comme cela qu’on appelait ma grand-mère maternelle du coup, à chaque fois que je voyais la couverture de ce livre sur la toile ou chez mon libraire, j’avais comme un petit soupçon de nostalgie qui me pinçait le coeur.

L’auteur nous raconte avec beaucoup de nostalgie comment était sa mémé et sa mémé parlera à beaucoup d’entres nous avec les « On ne gâche rien » (Bon, sauf pour les cochons d’Inde, hein!) , « On ne jette rien » et puis cet amour inconditionnel qu’on porte à nos mémés, mamies, nanas ou autres mère-grands…
J’ai beaucoup aimé même si parfois les mots y sont un peu pompeux mais bon après tout comme le disait mémé , Philippe est devenu « un gars de la ville » 😬🙈
Cela n’en reste pas moins une magnifique déclaration d’amour grand-maternelle. ❤️

« Mémé » de Philippe Torreton 
140 pages.
Paru chez L’iconoclaste pour la version broché, 15 euros
Et chez J’ai lu pour la version poche, 6,50 euros.
Existe aussi en version ebook, 10,99 euros

Share Button

Laisser un commentaire