Le blé de l’espérance

Dans le Nord (là d’où je viens!) , la Sainte Barbe, c’est avant tout la fête des mineurs.
En tout cas, c’est le cas dans ma famille puisque mes deux grand-pères étaient mineurs de fond.
Sainte Barbe étant (entre autres!) la sainte patronne des mineurs.

Maintenant que je suis marseillaise, je dois me plier aux traditions provençales et parmi elles, celle du Blé de l’Espérance.
Le 4 décembre, jour de la Sainte-Barbe, il est de tradition, ici, de planter dans trois coupelles, des grains de blé de la récolte précédente pour les faire germer avant Noël pour s’assurer prospérité pour la nouvelle année.
La tradition veut que si le blé est bien germé le 25 décembre, la moisson suivante sera bonne.
« Quand lou blad vèn bèn, tout vèn bèn ! » : Quand le blé va bien, tout va bien !

Mes collègues de travail, marseillaises m’ont initiées à la chose et nous avons fait planter des graines aux  plus grands des petits de la crèche.

IMG_6165

Ils ont mis un peu d’eau sur du coton et on plaçait le coton dans un récipient.
Ensuite, ils ont déposés des graines sur leur coton.
Ils ont adoré « zardiner » par contre, ils s’attendaient à ce que cela pousse de suite…
Patience! Patience!

Déjà, avant que cela pousse, il va falloir faire en sorte de ne pas les noyer!
Haha!

Pour l’occasion, nous avons planté des graines vendus au profit de l’association « Le Blé de l’espérance ».
Le fruit de la collecte permettant de doter les services pédiatriques de matériel informatique, ludique ou médical.
Si vous voulez en savoir plus sur le blé de l’Espérance : http://www.bledelesperance.fr

IMG_6150

L’usage veut qu’on plante nos graines dans trois coupelles à la Sainte Barbe et qu’on les fasse germer.
Une fois germée, les coupelles décorent la table du réveillon de Noël.
Le 25 décembre, on orne les tiges d’un ruban rouge ou jaune et on installe nos coupelles près de la crèche jusqu’à l’Epiphanie où l’on doit par la suite les replanter dans la terre.

Si on a pas de blé, on peut aussi planter des lentilles.

Je ne connaissais pas cette tradition, je m’endormirais moins bête ce soir.
Si vous connaissais d’autres traditions provençales, n’hésitez pas.
(Histoire que j’ai moins l’air de débarquer de nulle part, la prochaine fois :p)

 

Share Button

One comment

  1. belette says:

    Ah je l’ai souvent fait le blé pour la sainte barbe!

    A part les classiques treize desserts pour le repas de Noël, dont la fameuse pompe a l’huile, il y a aussi le toast avec la phrase (les vrais puristes la disent en provençal!) : A l’an prochain, que si nous ne sommes pas plus que nous ne soyons pas moins!

    J’aime beaucoup chez Alphonse Daudet dans les lettres de mon moulin, la nouvelle qui s’appelle les trois messes basses :p

Laisser un commentaire