Mes lectures de la semaine

  • « Six kilogrammes » de Laurent Copet.

Quand Henry trouve la tête de sa femme devant sa porte un dimanche matin, ça le fait bien rigoler. Il est un peu contrarié aussi, car Gigi, c’est toute sa vie. Alors il laisse tomber Le Jour du Seigneur, emporte sa douce dans un cabas et part à la recherche des sagouins qui ont fait le coup. Il est loin de se douter qu’il croisera la route d’un légionnaire turc albanais, d’un nain proxénète et de succubes aussi belles que dangereuses.

La semaine dernière, j’ai lu « Exutoire » du même auteur et lorsque ma Kindle m’a proposée cette autre nouvelle de Laurent Copet, forcément, j’ai cliqué sur « Acheter ».
On retrouve ici une autre nouvelle.
Toujours édité par la maison d’édition numérique « Nutty Sheep » .
Maison d’édition que je ne connaissais absolument pas mais qui je pense mérite d’être connue puisque j’en suis à 2 nouvelles publiés chez eux, 2 nouvelles que j’ai adoré.
Laurent Copet y est peut-être pour beaucoup mais pour le coup, cela éveille grandement ma curiosité et j’ai hâte de tester d’autres auteurs publiés par ce petit mouton en slibard.

Mais bon, revenons à nos moutons (Hahahaha!) et surtout à ces 6 kilogrammes.
Ici point de zombie mais des créatures démoniaques et je l’avoue, je suis vraiment charmée par la plume envoutante et déjanté de Laurent Copet.
Ici , on suit Henry, un homme « banal » et sans histoires qui retrouve sur son palier la tête de sa femme, il part alors mener l’enquête avec ce qui reste de sa femme dans un sac cabas et va faire des rencontres complètement folles lors de sa quête de la vérité.
Je ne vous en dit pas plus pour ne pas vous gâcher la surprise mais j’ai passé un très bon moment en lisant cette nouvelle.
Un univers glauque et décalé et encore une fois: une grande efficacité!

  • « Pine Creek » de Céline Thomas.

Peny a toujours été passionnée par les histoires horrifiques et notamment par tout ce qui concerne la mythologie vampirique. Elle a d’ailleurs orienté sa thèse de fin d’étude sur le sujet.

Des années plus tard, embarqué par son mari dans un road trip surprise à travers l’Australie, elle débarque enfin à Pine Creek, qui a inspiré nombre de ses articles sans qu’elle n’y ait jamais mis les pieds. Le village aurait été décimé par des créatures aborigènes dans une orgie sexuelle macabre, au crépuscule de la ruée vers l’or. 

Cette virée en amoureux promet de finir en bain de sang… Mais le sang de qui ?

Encore une nouvelle horrifique que j’ai pu lire grâce à Nutty Sheep.

Peny est passionnée par les histoires macabres.
Pour fêter son anniversaire, son mari lui fait la surprise de l’emmener à Pine Creek, un village qui aurait été décimé par les vampires il y a des siècles.

A peine arrivée, Peny se sent mal à l’aise et on va vite comprendre pourquoi.
Je l’avoue, je ne m’attendais pas à cela.
Dès le début, je pensais que s’il y avait un « méchant » ce serait celui qui finalement était le « gentil ».
Surprise donc… et j’aime être surprise lorsque je lis un livre.

C’est très bien écrit.
Certaines phrases sont un peu crues mais moi, cela ne me dérange pas le moins du monde et cela restait dans l’ambiance un peu glauque et étouffante de Pine Creek.

J’ai vraiment apprécié et je vous le conseille si vous aimez les histoires du genre.
D’ailleurs, n’hésitez pas à consulter le catalogue de Nutty Sheep , il y en a vraiment pour tous les goûts.

Je crois que j’aime vraiment le format nouvelle pour les histoires d’horreur.
C’est vraiment un format parfait: on va à l’essentiel, sans artifices… on reste dans l’ambiance sans pouvoir décroché une seconde.

  • « Ginny Moon » de Benjamin Ludwig.

Pour la première fois de sa vie, Ginny  Moon a trouvé sa Maison-pour-Toujours – un foyer avec une famille aimante qui saura la protéger et l’entourer. Le foyer dont n’importe quel enfant adopté pourrait rêver. Alors pourquoi cette adolescente de 14  ans cherche-t-elle à tout prix à se faire kidnapper par sa mère biologique, incapable de s’occuper d’elle  ? Pourquoi Ginny veut-elle absolument retourner dans cet appartement où elle a failli mourir  ?
C’est une adolescente comme les autres – elle joue de la flûte, s’entraîne pour le tournoi de basket de l’école et étudie les poèmes de Robert Frost –, à un détail près  : elle est autiste. Et certaines choses sont très importantes pour elle  : commencer sa journée avec précisément neuf grains de raisin, chanter sur Michael Jackson (son idole), manger de la pizza au bacon et à l’ananas et, surtout, retrouver sa mère biologique pour pouvoir s’occuper de sa Poupée, qui court un grand danger.
Avec les moyens limités et pourtant redoutables d’une enfant enfermée dans son monde intérieur, Ginny va tout mettre en œuvre pour la sauver.

Un roman vraiment prenant.

On se demande d’entrée de jeu pourquoi Ginny veut tellement récupérer sa poupée et ne veut absolument pas qu’on lui en rachète une autre.
Ginny est autiste et du coup, ces parents adoptifs pensent que c’est une de « ses lubies » mais il n’en est rien: Ginny est une super-héroïne et elle va finir par faire comprendre aux adultes que malgré sa différence, elle peut très bien prendre soin d’autrui et leur faire comprendre pour sa poupée est si importante à ses yeux.

Je ne vous en dit pas plus mais j’ai trouvé ce roman vraiment émouvant (même si j’ai trouvé que les parents pour toujours agissaient parfois comme de vrais cons!!)

L’auteur étant lui même un parent adoptif d’un enfant autiste est très bien documenté sur le sujet et cela se sent dans la manière dont il nous dépeint le portrait de cette adolescente vraiment hors du commun.

  • « Hello de la planète Zèbres » de Sam.B.Sam.

Max est un enfant différent, une entité ressemblant aux autres sans vraiment appartenir à la norme.

Il ressent, beaucoup. Il pense, tout le temps. Il essaie de comprendre le monde qui l’entoure, sans jamais s’arrêter.

L’isolement dû à sa différence inquiète et débouchera sur une dénomination imagée mais tellement appropriée : il est un zèbre.

Malgré ses déboires, ce pré-adolescent s’accroche et retire de son expérience et de ses rencontres les éléments positifs sur lesquels il pourra bâtir son futur….

« Hello de la planète Zèbres » est le récit brut de Sam.B.Sam, un journal de bord, un journal intime voyageant dans le mal être de cet enfant de dix ans perdu dans le monde d’aujourd’hui qui nous formate et nous pousse à entrer dans des cases prédéfinies.

Roman écrit par un petit garçon de 11 ans.
Sam.B.Sam est né en 2015 à Bruxelles et il nous livre ici avec naïveté un témoignage sur sa vie d’enfant « zèbre » , ces enfants à Haut Potentiel et Hypersensibles (En gros … pour en savoir plus, vous pouvez aller sur le blog « Les tribulations d’un petit zèbre« )
Un roman plein de maladresse (bien sûr puisqu’il est écrit par un enfant) mais tellement attendrissant.
On suit ce petit garçon à l’école avant son diagnostic puis durant les rendez-vous qui vont l’aider lui mais aussi sa famille à y voir plus clair et enfin à son retour à l’école après le diagnostic.
On voit l’évolution du personnage et son acceptation du fait d’être différent.
Je conseille ce roman aux parents d’enfants zèbres mais aussi aux enfants eux-mêmes. :)

✂︎✂︎✂︎✂︎✂︎✂︎✂︎✂︎✂︎✂︎✂︎✂︎✂︎✂︎✂︎✂︎✂︎✂︎✂︎✂︎✂︎✂︎✂︎✂︎✂︎✂︎✂︎✂︎

Là, je suis toujours en train de lire « Les contes de Grimm », je lis toujours un conte de temps en temps.
Et j’ai commencé « La psy qui murmurait à l’oreille des bébés » d’Annick Simon…

Et vous? Que lisez-vous en ce moment? 

Share Button

2 comments

Laisser un commentaire