Mon avis sur « Le fait du Prince » d’Amélie Nothomb

DU PRINCE

Il y a un instant, entre la quinzième et la seizième gorgée de champagne, où tout homme est un aristocrate.

Ouais bah, j’aurai du boire 15 gorgées et demi de champagne pour apprécier ce livre, alors…
Parce que…
Pfiiiiiiiouuuuuu!

Amélie nothomb, vous le savez depuis quelques temps, me déçoit de chez déçoit.
J’avais adoré ses premiers livres mais plus ça va, plus j’ai l’impression qu’on s’éloigne du génie Nothomb.
Oui, génie car certains de ses premiers romans m’avaient littéralement subjugué.
Pourtant, j’ai cette espèce de curiosité maladive, cet espoir de retrouver l’Amélie d’ « Hygiène de l’assassin » , « Le sabotage amoureux » , « Les combustibles »…

Je ne me jette pourtant pas pour autant dessus lors de leur sortie…
Parce que foutre plus de 15 euros dans un livre qui risque de ne pas me plaire ou de me laisser sur ma faim, cela craint un peu.

Du coup, j’ai lu « le fait du Prince », vendredi dernier.
Je l’ai torché en 30 minutes à peine.
Torché, c’est tout à fait ça car ce livre à tout du torchon.
Un début assez prometteur et puis, plouf!
Le style de Nothomb est là.
Son humour discret et subtil et les situations hors du commun aussi…
Mais je n’ai pas compris où elle voulait en venir… On part sur un truc génialement insolite pour terminer sur une fin bidon.
Je me suis demandée s’il ne manquait pas de pages…
Aucun rebondissement et une fin précipitée en trois pages!
Well done, Amelie!
Encore une fois, tu me laisses sur ma fin!

Parfois, je me demande si elle n’écrit pas ses fins à l’arrache juste pour boucler son roman avant la rentrée littéraire…
Enfin roman est un bien grand mot, nouvelle serait plus appropriée!

Il faut vraiment que j’arrête les Nothomb, je crois!

Share Button

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.