#Swap – Colore ton swap

Pour la rentrée, je m’étais inscrite au swap « Colore ton swap » sur le forum Livraddict.
Un swap où j’étais en binôme avec XL.

Pour ce swap, il fallait choisir une couleur et notre binôme devait nous confectionner un colis contenant:

– 2 livres de la WL (dont la couverture (ou un de ses éléments) est de la couleur choisie et/ou dont le titre ou le nom de l’auteur fait mention de la couleur choisie)
– 1 carte 
– 1 MP
– 1 boisson et 1 gourmandise de la couleur choisie
– des surprises de la couleur choisie

Je vous laisse deviner la couleur que j’avais choisi.

Eh oui, le bleu!

Et voici, ce que j’ai reçu de la part d’XL:

– Une jolie carte illustrée de roses bleues:

– Un lot de marque-pages:

J’aime beaucoup celui-ci:

– Niveau gourmandises, j’ai reçu des bonbons trop bons:

– Et un petit café :

–  Un magnet gourmand aussi :

– Un savon artisanal trop joli senteur hortensia:
Je n’avais jamais sniffé d’hortensia… cela sent trop bon!

– Des chaussettes rigolotes! :)

Au niveau des livres: grosse surprise!!
Je lui avais donné le lien vers ma Wishlist Amazon, je m’attendais à recevoir un des derniers livres que j’y avais ajouté mais pas du tout: XL a été piocher plus loin dans ma liste et du coup, je ne m’attendais pas du tout à recevoir ces livres et cela m’a trop fait plaisir :)

J’ai donc reçu « Les jours Areuh » de François d’Epenoux dont j’avais beaucoup entendu parlé à sa sortie.

3 heures du matin. Assis dans un fauteuil sous le rond de lumière d’un abat-jour, un homme de 50 ans donne le biberon à son nourrisson de 3 mois. Entre eux : un demi-siècle et 96 kilos de différence. 
D’un côté un homme mûr, encore tout étourdi de cette paternité tardive. De l’autre, minuscule dans les bras de son père, un bébé qui a la vie devant lui. Une comptine qui, entre l’anecdotique et l’onirique, l’humour et la poésie, pose un regard sur le monde et le redoutable bonheur d’être père. 

Et « Petits portraits de très grandes personnes » de Barbara Constantine.

On aurait pu les appeler personnes âgées, mais « ça aurait été réducteur. Papi ou Mamie n’ont pas toujours eu des cheveux blancs et des sourcils en broussaille, n’ont pas toujours eu besoin de déambulateurs ou de dentiers. Il fut un temps où ils ont couru, ri, joué, raconté des blagues, fait des galipettes, eu des peines de coeur, des frustrations, des peurs, de l’acné…

Difficile d’imaginer la vie qu’ils ont menée. En lisant, vous en aurez une petite idée. Les textes sont courts, les photos sont trippantes, qu’est-ce que vous risquez ? D’avoir envie d’aller les voir ? D’aller leur taper la bise ? Ce serait nickel. Ils ont tellement besoin d’amour… »

Je suis ravie-ravie.
Vous pouvez voir ce que j’ai envoyé à XL sur son blog.

Share Button

Laisser un commentaire