#EmmaLit : « 89 mois » de Caroline Michel

IMG_9467

« J’ai trente-trois ans, ça y est. A quarante ans et des poussières, mon corps sera hors jeu. Il me reste donc sept grosses années pour faire un enfant, soit quatre-vingt-neuf mois. Un chiffre minuscule. A peine deux mille sept cents jours. Que peut-on faire en deux mille sept cents jours ? Rien. J’en ai déjà mis cinq à construire trois meubles Ikea. »

Jeanne, célibataire, contrôleuse de train sur la ligne Paris-Auxerre, n’a qu’une obsession : devenir maman avant que le temps la rattrape. Elle a fait une croix sur le couple, il lui faut simplement un géniteur. Sa décision ne fait pas l’unanimité auprès de ses amis, et, même si parfois elle doute, elle est déterminée à surveiller son cycle, à provoquer les rencontres, à boire des potions magiques et à lever les jambes après chaque rapport, sait-on jamais.

Jeanne a 33 ans, son mec vient de la quitter parce qu’il avait besoin d’air.
Elle a ouvert la fenêtre mais cela n’a pas suffit…

Ce départ a laissé un vide, vide que Jeanne aimerait combler avec un bébé.
Après tout, ils comptaient en faire un ensemble… Pourquoi ne pas en faire un, toute seule? (Et là, j’ai du Jean-Jacques Goldman dans la tête, évidemment!)
Surtout que les 40 balais arrivent (dans 89 mois) …

Le temps passe, j’ai un désir de maternité et, dans la pratique, rien ne m’empêche d’être maman toute seule. Les pères, ça ne court pas les rues et je ne voudrais pas me réveiller un beau matin à quarante ans, les mains vides et le corps infructueux.

Jeanne désire donc avoir un enfant toute seule avant d’être périmée.
Un désir si ardent qu’elle va faire un peu n’importe quoi parce que bon, coucher sans capotes avec des gens qu’on connait à peine, ce n’est pas très malin, hein! (Vous le savez, ne le faîtes pas!)
C’est là qu’on prend conscience de la détresse du personnage qui prend des risques inconsidérés pour satisfaire son envie de bébé.
J’avoue que cela m’a un peu dérangée… Pour moi, les rapports non protégés, ce n’est pas un sujet à prendre à la légère…

Mais heureusement, Jeanne ne fait pas que des galipettes non protégés.
C’est aussi une femme actuelle qui sort avec ses amis, fait du running…
Je pense que beaucoup de femme peuvent se retrouver en elle.

J’ai beaucoup apprécié les personnages secondaires, amis de Jeanne.
Notamment, Nicolas, le facteur et Alice, la future maman qui sait toujours tout mieux que personne. (on a tous une amie comme ça!)

Une histoire sympathique qui se lit bien avec ce désir d’enfant que je comprends tellement.
Pour un premier roman, je trouve cela assez prometteur car Caroline Michel a vraiment une jolie plume et un humour tout comme j’aime.

 Je crois qu’un jour on grandit , on se rend compte d’un tas de choses , on réalise que la vie ce n’est pas drôle , la mort , les maladies, les ruptures, les départs, rien n’est vraiment rose ou bien le rose est menteur .

Moi, personnellement, il ne me reste que 51 mois… les chocoboulettes!

89 mois de Caroline Michel
Editions Préludes.
14,90 euros la version papier.
10,99 euros la version ebook. 

Share Button

One comment

  1. Tata tricot says:

    je ne me suis pas totalement retrouvée dans ce cas de figure mais le temps d’attente pour enfin réussir à avoir ce BB tant désirée, me donne envie de lire ce livre! Merci de ta critique

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.