Trois petits points…

 

Il n’est pas de manque plus grand que celui que tu as laissé dans mes bras.
Ce vide immense… intersidéral.
Je t’ai vu naître et aie été la témoin privilégiée de tes premières fois… Toutes les premières fois qu’on peut avoir avant ses 9 mois…
Et puis, plus rien…
Plus rien mis à part des cauchemars où je t’entends pleurer, où je te cherche inlassablement en vain et l’incontrôlable envie de pleurer dés que je pense même le plus affectueusement du monde à toi.
Il y a, et il y aura toujours cette incompréhension en moi…
Comment ce genre de choses peut arriver?
Comment ce genre de choses peut encore arriver?
Et je me souviendrais à tout jamais de ce coup de fil…
« Je suis désolée Emma, c’est de ma faute… Je l’ai tué! »
Des mots durs, pleins de détresse et de souffrance, ancrés en moi…
Alors qu’elle n’y était pour rien…
Que c’est arrivée comme çà… comme çà arrive encore…  trop souvent.
La mort subite du nourrisson est encore la 3éme cause de décès chez les moins de 1 an. (et je ne veux pas savoir qu’elles sont les premières!)
Et tous les mois, les scientifiques nous inventent une nouvelle piste pour l’expliquer.
La vérité, c’est que je ne veux pas connaitre le pourquoi du comment, la vérité, c’est que maintenant que tu n’es plus là, çà n’a plus d’importance…
La vérité, c’est que le plus égoïstement du monde, l’important, c’était toi et que chaque jour qui passe, je me demande ce qu’aurait l’Univers  si j’avais pu empêcher çà.
Si j’avais insisté pour que tu restes…
Si…
Si…
Et puis plus rien.
Plus rien mis à part les souvenirs… et une plaie béante à l’intérieur de mon âme.
Tu me manques, mon lapin…
Atrocement!

Share Button

8 comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.