Unboxing du Ptit Colli du mois de Février

Vendredi, j’ai reçu mon Ptit Colli du mois de Février.
Si vous me suivez sur Instagram, vous avez pu voir l’unboxing en direct live mais je tenais tout de même à faire un petit article pour les autres.

Donc déjà, je l’avoue, j’ai été un peu déçue en ouvrant le colis contenant ma box.

En effet, je me suis retrouvée avec la même boite que le mois dernier…

… et les mêmes marque-pages!

Bêtement, moi, je pensais que le design de la boite changeait au fil des mois mais apparement ce n’est pas le cas.

Du coup, le côté surprise au déballage a fait un gros flop!
C’est con mais pour cette box l’emballage y fait beaucoup, ces trois derniers mois, j’ai été tellement ravie de découvrir ma jolie boite tous les mois.

Et le contenu de la boite dans tout cela?
J’avoue que pour le coup, j’ai eu un peu peur de recevoir les mêmes goodies que le mois dernier mais ça va…

J’ai reçu une petite carnet avec des feuilles noires à gratter… apparemment pour me détendre et du nougat.

Et au niveau des livres, j’avais demandé « un livre qui me donne envie de faire mes valises pour partir en vacances ».

J’ai reçu:

« La Terre qui penche » de Carole Martinez 


Blanche, la môme chardon, est-elle morte en 1361 à l’âge de douze ans comme l’affirme son fantôme ? Cette vieille âme qu’elle est devenue et la petite fille qu’elle a été partagent la même tombe. L’enfant se raconte au présent et la vieillesse écoute, s’émerveille, se souvient, se revoit vêtue des plus beaux habits qui soient et conduite par son père dans la forêt sans savoir ce qui l’y attend. Veut-on l’offrir au diable pour que le mal noir qui a emporté la moitié du monde ne revienne jamais ? Un voyage dans le temps sur les berges d’une rivière magnifique et sauvage, la Loue, par l’auteur du Domaine des Murmures et du Cœur cousu.

La couverture est magnifique et le résumé éveille ma curiosité.

et,
« Un amour vintage » d’Isabel Wolff

Phoebe s’est enfin lancée ! La voilà heureuse propriétaire d’une boutique de vêtements vintage. Des sacs dont les poches renferment des secrets, des accessoires de stars, des robes acidulées qui feraient sourire n’importe qui ! Phoebe en a bien besoin : elle vient de perdre sa meilleure amie et de rompre ses fiançailles. Entre la joie d’avoir réussi son projet et ses déboires personnels, son cœur balance.
Jusqu’à sa rencontre avec Thérèse, une Française qui lui confie l’histoire de son mystérieux manteau bleu. Entre les deux femmes, se tisse peu à peu une amitié faite de connivences et de ressemblances troublantes…

Franchement, je trouve la couverture dégueulasse…
Moi qui suis très sensible au couvertures des livres que je choisis, je suis certaine que je n’aurai jamais pris de moi-même ce livre sur les étagères de mon libraire mais beaucoup de personnes m’ont dit qu’il était très bien donc je suis contente.

Reste à voir si l’un ou l’autre de ces livres me donne envie de faire mes bagages pour partir en vacances!

Bilan de cette box:
Les livres choisis ont l’air chouettes mais je ne suis pas convaincue par les goodies du mois.
Et le fait que le packaging soit le même que celui du mois dernier m’a un peu contrariée.
À voir ce qu’on me réserve pour le mois prochain.

Share Button

#EmmaLit – « Demain, je me lève de bonheur » de Sophie Noël

Divorcée, Bérénice mène une vie qui semble la satisfaire. Elle sort son chien Crumble, travaille à ses traductions de livres, va à l’aquagym le samedi et recommence chaque semaine. Aucun changement ne vient contrarier sa routine calme et rassurante.

Mais le jour de son anniversaire, tout change. Ses enfants lui offrent une semaine de thalasso à Saint-Malo. Une semaine sans voir Crumble, sans ses habitudes ? Elle n’a pourtant pas le choix, pour ne pas décevoir ses enfants.

Contre toute attente, ce séjour met sur son chemin des personnages qui vont lui montrer la vie sous un angle nouveau  : le beau Emmanuel, la très sportive Anne, et Madeleine, une vieille dame excentrique et pleine de sagesse. Mais surtout, Bérénice fait une découverte  : le bonheur dont elle avait oublié le goût est là, tout près…

Et si le plus grand défi de la vie était de se trouver soi-même  ?

 

J’ai reçu ce roman en service presse.
Attirée par le titre complètement feel good puis par le résumé, j’étais tellement ravie de le recevoir.

Bérénice fête ses 49 ans au débuts du roman.
Divorcée depuis un an, elle trouve sa vie vraiment tristounette malgré son chien Crumble et ses deux enfants: Marius et Amélie.
Mais cela tombe bien parce que ces deux derniers ont eu la bonne idée pour lui changer les idées de lui offrir un séjour en Thalasso.
Séjour qui marquera un véritable tournant dans la vie de Bérénice qui armait de son BUJO va essayer de mettre un peu de piment dans sa vie.

J’ai adoré suivre les folles aventures de Bérénice, parfois rocambolesques, irrésistiblement farfelues mais c’est ça qui est bon.
De la thalasso à une escapade au bout du monde, de rencontre en rencontre…
On découvre Bérénice s’épanouir au fil des pages et lorsque le roman s’achève, elle fête ses 50 ans.
Une année dans la vie d’une femme qui découvre enfin la vie et surtout qui se découvre.

La plume de Sophie Noël est détonante, pleine d’humour et de fraicheur.
Je n’ai pas encore 50 ans… ni même encore 40 (mais cela approche!) et je l’avoue, j’ai bien envie moi-aussi de me lever demain… de bonheur.

 

« Demain, je me lève de bonheur » de Sophie Noël
Paru le 3 janvier 2018 chez City Editions 
352 pages, 16,90 euros 

Je dis cela je dis rien mais ce livre rentre parfaitement dans la catégorie « Un livre avec un jeu de mots dans le titre » du challenge de Mademoiselle Farfalle.
Ou encore dans la catégorie « Un livre qu’on vous a conseillé » car je vous le conseille fortement. :)

Share Button

#EmmaLit – « Trois amours de ma jeunesse » de Danièle Saint-Bois

Comment apprend-on à se construire dans les années soixante-dix, à la campagne, quand on est une jeune femme attirée par d’autres femmes ? À l’époque, Danièle est mariée, élève ses trois enfants. Une vie conforme aux attentes de sa famille. Seule la littérature lui ouvre d’autres horizons. Sa rencontre avec Mia la foudroie. Mais comment s’assurer que ses sentiments sont réciproques ? Du souvenir de cette passion resurgissent, comme de poupées russes, d’autres visages : ceux de Frankie, adolescente qui fut son premier coup de foudre sur les bancs de l’école, puis de Linda, dont elle tomba amoureuse à la veille de son mariage.
Trois amours de ma jeunesse est le récit autobiographique d’une éducation sentimentale tourmentée. Danièle Saint-Bois s’y livre comme elle ne l’avait jamais fait auparavant. Dans ce travail d’archéologie intime, écrit avec les tripes, on retrouve son style plein de fougue et sa colère envers une époque qui lui a volé, chaque fois, la possibilité d’aimer et d’être aimée.

Alors, je l’avoue, j’ai eu beaucoup de mal à terminer ce lire.
Pas à cause de l’histoire mais vraiment à cause du style de l’auteure.
Des phrases interminables, des paragraphes qui font des pages et des pages et des pages.
Pour moi qui lit la plupart du temps dans les transports en commun, ce n’était vraiment pas l’idéal.

Mais…
J’ai tenu bon et j’ai bien fait car l’histoire de Danielle Saint-Bois écrite d’une plume révoltée et contrariée est un joli témoignage sur la difficultés d’assumer son homosexualité dans les année 70 (et cela n’a pas beaucoup changer depuis, en fait…) , on se demande tout de même parfois si ces amours ne sont pas un peu fantasmé mais qu’importe.
Elle nous livre ici ses souvenirs, un peu en vrac parfois, et son ressenti sur la difficulté d’aimer qui on a envie d’aimer, sur la société qui nous pousse à rentrer dans un moule en nous refusant d’être qui on a envie d’être…
Ne peut-on pas être heureux en amour… vraiment?
Où commence et s’arrête la liberté d’aimer?

En fait, ce roman m’a fait penser à ma grand-mère dans la façon de retranscrire ses souvenirs de sa jeunesse , un récit un peu fouilli parfois , un flot de mots ininterrompus, cette façon de tourner autour du pot avant d’arriver au fin mot de l’histoire.
Et ce n’est pas une impression négative, au contraire, je le dis avec beaucoup de tendresse.

« Trois amours de ma jeunesse » de Danièle Saint-Bois
Paru le 4 janvier 2018 chez Julliard
198 pages, 18 euros.

 

Share Button

Swap Marathon de lecture – Février

Coucou tout le monde,

La semaine dernière, j’ai reçu mon Swap Marathon de Lecture de la part de Solaine.
Ce mois-ci, le thème était « Un livre qui parle d’Amour » , évidemment, Saint-Valentin oblige!

Encore une fois, j’ai été pourrie-gâtée avec un colis plein de love et de rose.

  • J’ai donc reçu comme le mois dernier, un petit personnage.
    Cette fois, un petit pingouin et son bébé (ou un manchot… j’y connais rien! :p )

  • Une jolie carte qui me donne envie de faire ma valise pour partir à Londres illico presto.

  • Un mini rouge à lèvres « pour charmer monsieur avec une jolie bouche »:

  • Une boite de petits bonbons en forme de coeur:

  • Un joli badge avec une illustration de Bénédicte Voile.

  • Un marque-page magnétique avec une citation de Louis Aragon dessus :
    « L’avenir de l’homme, c’est la femme. Elle est la couleur de son âme »
    J’adore ce genre de marque-page, c’est fort pratique quand on trimballe ses livres dans son sac.
    Je ne sais pas vous mais moi, les marque-pages papier ont toujours tendance à se faire la malle.

  • Et enfin, le livre!
    J’ai reçu « Une saison à la petite boulangerie » de Jenny Colgan.

La suite de « La petite boulangerie du bout du monde » que j’avais lu l’an dernier et que j’avais adoré.
Hâte de retrouver Polly , son petit macareux , Huckle et la petite boulangerie.

Merci beaucoup Solaine et vivement le mois prochain.
Mois qui aura pour thème: « Un livre qui fait rire ».

Si vous avez envie de voir ce que j’ai envoyé à Solaine, vous pouvez aller faire un tour sur son blog. :)

Bonne journée ✰

Share Button

My 365 of 2018

Lundi 12 février:
Quand tu dois ramener ton Thermos de café au boulot parce que les bureaux de ton mari et sa bande ont déménagé et qu’ils ont kidnappé la nespresso 😂
(Oui, je bosse dans la même boite que mon mari et oui, je le vis bien!)
En même temps, il est canon mon Thermos Flying Tiger , non? 👌🏻
Et super efficace!
À midi, mon café est toujours bien chaud!

Mardi 13 février: 
En allant faire refaire la carte de bibliothèque pour la crèche, j’en ai profité pour aller visiter l’exposition « Et le conte devint BD… » qui se trouve au premier étage de l’Alcazar.
La plupart des illustrations présentées étaient issus de la collection du musée de l’illustration jeunesse de Moulins que nous avions visité cet été. :)
L’Auvergne est partout!

Mercredi 14 février: 
Mon mari, ce poetic lover.

Jeudi 15 février: 
La dernière fois que je suis passée à cet endroit, ce street-art était un ninja. :p
Bon, là, la deuxième paire d’yeux donne à cette ourson mignon qui caline des petites filles des airs de Ped0b4ar!
Oups!

Vendredi 16 février: 
Moi quand je finis à 16h , je file à la bibliothèque… pour la crèche !
Le premier qui me dit que je ne suis pas impliquée dans mon boulot!! 😂
Bon par contre, je me suis fait gronder par une petite fille … elle est venue me voir avec mon gros tas de livres dans les bras et elle m’a dit , inquiète : « Faut pas prendre tous les livres, madame! »
Je lui ai promis de lui en laisser !
Elle m’a demandé de lui laisser les petit ours brun.
Haha, no problèmo, j’l’aime pas 😂

Samedi 17 février:
Nous avons visité l’exposition « Que je t’aime! » au musée Borély , une exposition dans le cadre de Marseille Provence 2018 qui a pour thème « Quel amour! » .
C’était chouette!
Au programme des pièces de Haute-Couture et de Prêt-à-Porter de grands noms de la mode comme Chantal Thomas, Chanel, Paco Rabanne, Balenciaga, Givenchy… représentant l’amour.
Une très jolie expo!
Cela nous a permis aussi de visiter la collection de faïence du musée.
(Mais bon, bizarrement, la vaisselle, j’ai un peu moins kiffé!)

Dimanche 18 février: 
Ah mais oui, j’ai une Blythe!

✼▿✼▿✼▿✼▿✼▿✼▿✼▿✼▿✼▿✼▿✼▿✼▿✼▿✼▿✼▿✼▿✼▿✼▿✼

Bonne semaine prochaine à toutes et à tous.

Share Button
This entry was posted in My 365.

#EmmaLit : « Traité de savoir-rire à l’usage des embryons » d’Anne Akrich

Bienvenue dans le plus drôle et le plus impudique des anti-manuels de grossesse.
Histoire de lui épargner vingt ans de psychanalyse – ou de les préparer –, une mère écrit à son enfant in utero pour lui raconter d’où il vient, quel genre d’énergumènes sont ses parents, dans quelles circonstances il a été conçu. Car le bébé à venir est le fruit d’une rencontre improbable et cocasse entre deux êtres que tout aurait dû séparer : origine, milieu, famille, culture, et presque trente ans de différence.

Si vous aimez Groucho Marx, Philip Roth, Woody Allen et les boulettes aux artichauts, si vous êtes une future mère ou un futur père, si vous voulez connaître la vie secrète de vos parents avant votre naissance ou les pensées inavouables de votre génitrice pendant qu’elle vous attendait, si la béatitude convenue des femmes enceintes vous exaspère, alors cette confession corrosive et hilarante est faite pour vous.

J’avoue je m’attendais à quelque chose de drôllissime mais en fait, ce n’est pas si drôle que cela enfin selon mon level d’humour.
Je n’ai pourtant pas regretter ma lecture.
Anne Akrich parle a son futur bébé avec une telle sincérité que son récit m’a beaucoup touchée.
Elle lui parle de son histoire, de celle de son père, de leur rencontre, de leur différence d’âge,de leur religion, de sa conception…
Deux personnes que tout semblent séparées, riches de leurs différences se préparent à accueillir ce bébé.
En fait, « Traité de savoir-rire à l’usage de MON embryon » aurait peut-être était plus juste comme titre car Anne Akrich parle ici à son futur bébé et à lui seul.
Chaque paragraphe est absolument savoureux, j’ai dévoré ce roman qui parle de la grossesse de manière résolument moderne d’une traite tellement la plume de l’auteure m’a plue.
D’ailleurs, je pense me procurer très rapidement un autre de ses romans.

 

« Traité de savoir-rire à l’usage des embryons » d’Anne Akrich.
Julliard , 234 pages.
18 euros au format broché, 12,99 euros au format ebook. 

 

Share Button

Des nouvelles de mon livre qui voyage

En Janvier, je vous proposais de faire voyager un livre que j’avais beaucoup aimé en 2017.

Mon « Jolie libraire dans la lumière » de Frank Andriat a commencé son périple en Janvier.

Première étape: Les Deux-Sevres chez Charlotte.

photo @charlottepasmalade

Et elle a beaucoup aimé!
Ouf!

« Dévorer un livre d’un seul coup, ça faisait longtemps que ça ne m’étais pas arrivé !
« Jolie libraire dans la lumière » m’a vraiment emportée… J’aime les histoires où le passé se mêle au présent. Où le passé permet de comprendre le présent.
Une belle histoire où les livres bouleversent. Une belle histoire qui m’a moi aussi touchée, avec ses prénoms qui me sont si familiers. ❤
Merci @krokette pour ce #livrevoyageur ! « 

Je suis contente car j’avoue que quand je prête un livre que j’ai beaucoup aimé à quelqu’un j’ai toujours une peur panique que la personne me dise qu’elle n’a pas aimé et d’être de très mauvais conseil. ^^’

Le livre poursuit sa route dans le Calvados.
Il est en ce moment chez Olivia.


J’espère qu’elle l’appréciera aussi. :)

Si l’aventure vous tente, n’hésitez pas à vous inscrire, il reste de la place.
Idéalement, j’aimerais qu’il passe chez douze personnes, une par mois et actuellement, il y a 7 participantes.

Je vous remets le 4e de couverture au cas où:

« Elle a lu la quatrième de couverture, a frissonné d’étonnement.
Ce récit ressemblait à s’y méprendre à un épisode de son existence.
Elle a déposé l’ouvrage sur le comptoir et est allée ouvrir la porte de la librairie.
À neuf heures, les clients sont encore rares et, dans la lumière du matin qui glissait sur la vitre, elle a commencé à lire ce texte inattendu. »
Les événements de notre vie, même les plus obscurs, sont posés dans la main des anges. Dansle cocon de sa librairie, une jeune femme tombe sur un récit bouleversant : elle y reconnaît un drame enfoui dans son passé.
Et si cela donnait un sens nouveau à sa vie ?
Un roman fort, un hommage à la puissance des livres.

Si cela vous fait envie, faites moi signe! :)

Bonne soirée. 

Share Button

My 365 of 2018

Lundi 5 Février: 
J’en suis à mon 4e livre audio chez Audible et je suis assez contente.
Au début, je me disais que les livres audio, ce n’était pas du tout pour moi et puis en fait, ce n’est pas si mal.
Genre quand on attend le bus dans le froid et qu’on a pas envie de sortir ses mains de ces poches même pour tenir un livre ou encore quand on se promène, c’est fort pratique, je trouve.

Mardi 6 Février:
On va tester ça pour ma sécheresse oculaire.
J’espère que cela fonctionne bien et au pire , cela se dissout tout seul.
La pose prend à peine 5 minutes, ce n’est pas très agréable sur le coup mais 2 minutes après, on ne sent plus rien.
Pour le moment, j’ai l’impression que mes yeux sont moins secs la nuit.
Parfois, cela me réveillait tellement cela me faisait mal donc à voir dans le temps mais cela me parait assez prometteur.


Mercredi 7 Février: 
Le « mur en cours » que j’avais vu samedi dernier et terminé et il est de toute beauté.

Jeudi 8 Février: 
La dernière fois , ma collègue m’a dit : « J’ai acheté des fouets pour les enfants » …
Euh?!?… Je sais qu’ils sont parfois un peu nervous break-down mais quand même , restons dans la bienveillance! 😂
Mais c’était juste des fouets pour les ateliers cuisine, en fait… 😆
Et ils sont vraiment trop choupis 😃

Vendredi 9 Février: 
Métromoche !
Un jour, quelqu’un s’est dit : « Si on mettait du marron caca et de l’orange fluo dans le métro marseillais, ça niquerait bien la rétine des usagers dés le matin »
La légende veut que cette personne soit fan du PSG 😂
(Je sais, les rames ont plus de 40 ans et ces couleurs étaient tendance à l’époque mais j’aime bien raler, vous le savez bien!)

Samedi 10 Février: 
Les nouvelles éditions de « Harry Potter à l’école des sorciers » pour fêter les 20 ans de sa sortie sont juste magnifiques
Oh la la , n’empêche , 20 ans déjà , cela ne nous rajeunit pas 😱
Vous êtes pour quelle maison, vous?

Dimanche 11 Février: 
Dévoré d’une traite , je ne connaissais que l’adaptation ciné de Michel Gondry (que je n’avais d’ailleurs pas trop trop aimé) donc j’étais un peu réticente à lire le roman de Boris Vian mais j’ai eu tord. C’est une très jolie histoire d’amour , tragique , certes mais si fantastique et poétique. ❤❤❤

✼▿✼▿✼▿✼▿✼▿✼▿✼▿✼▿✼▿✼▿✼▿✼▿✼▿✼▿✼▿✼▿✼▿✼▿✼

Bonne semaine prochaine à toutes et à tous.

Share Button
This entry was posted in My 365.

#EmmaLit – « Nutty Tales »

Les contes de fées ont souvent bercé notre enfance. Princesses en détresse ou au tempérament bien trempé, preux chevaliers ou princes charmants, romance à faire rêver, quêtes fantastiques… Autant d’ingrédients pour ces histoires incroyables !

Avec la multitude de récits existants, l’inspiration ne peut se tarir. Venez découvrir comment huit auteurs ont revisité les contes de jadis à la sauce Nutty.

Dépaysement garanti !

 

Cette fois-ci le mouton en slip nous propose une anthologie regroupant des nouvelles autour du thème des contes de fées.
8 auteurs différents donc 8 nouvelles autour d’un même thème mais dans des styles très différents les uns des autres.

Au programme:

« En fin de conte… » d’Alice E. May.
Jean Raconte , inspecteur de la C.R.E.C.H.E , une agence qui est en charge de décider si les aventures vécues par quelqu’un peuvent être considérées comme conte de fées.
Ici, Monsieur Raconte doit voir si Cendrillon et son prince sont des héros ou non.
J’ai trouvé cela vraiment drôle.

« Le serment d’Aynabel » de Marie Desval.
La Belle et La Bête à la sauce Divergente avec une héroïne assez badass.

« Miroir, mon doux miroir » de  Catherine Bolle.
Une relecture du conte de Blanche-Neige vraiment savoureuse où le héros est le miroir.
J’ai trouvé l’idée vraiment original de faire passer ce personnage secondaire au premier plan.

« Goldie et les trois androïdes » de A.R. Morency 
Un boucle d’Or et les trois ours version space avec une héroïne un peu plus couillue que Boucle d’Or.
Elle ne s’enfuit pas dans les bois, elle…
Bon, en même temps, des bois dans l’espace!! :p

« A mon tour d’être heureuse » Sarah Verfaillie
La Marraine la Bonne Fée frôle ici la dépression, elle en a marre de faire le bonheur des autres alors qu’elle , elle n’a toujours pas trouvé son prince charmant.
On devine aisément l’issue de l’histoire dès le début mais c’est tellement feel-good qu’on s’en fout! :)

« Il sera une fois » de Tonnya Criff
Une nouvelle inspirée de La belle au bois dormant.
Je ne m’attendais pas du tout à cette fin et j’ai trouvé cela vraiment sympa.

« La rose noire » de Gaya Cameron.
On retrouve ici encore l’univers de La Belle et la Bête.
Cette fois, le père de la Belle meurt et cette dernière veut faire payer la Bête mais pas en le butant directement.
Non, en le faisant bien souffrir.
Je ne vous en dit pas plus mais j’ai beaucoup aimé.
(Bon, en même temps, je suis absolument fan de ce conte donc…)

« Kill the bad wolf » de Bezuth
Ici, c’est le petit Chaperon Rouge que l’on retrouve.
Je n’ai pas trop accroché à cette histoire mais la plume de l’auteur est vraiment prometteuse.
Je n’avais encore jamais rien lu de cet auteur me semble-t-il et j’espère le relire bientôt. ;)

Encore une fois, un très bon cru pour cette anthologie.
J’ai beaucoup apprécié.
Du love, du chamallow (et sans hémoglobine cette fois!) … mais pas que!
Une lecture de saison avec la saint Valentin qui approche.

Nutty Tales
110 pages 

2,99 euros au format ebook 

Merci à Nutty Sheep pour la confiance qu’ils mettent à l’intérieur de moi

Et dire qu’avant, je ne lisais pas de nouvelles… :p

Share Button

#EmmaLit – « Nutty UFO »

Les OVNIS volent peut-être au-dessus de nos têtes depuis des lustres, on ne sait jamais ! Pour patienter, laissez-vous entraîner par ces six nouvelles : montez à bord d’un vaisseau spatial de plaisance, devenez un linguiste alcoolique, un adolescent amoureux, un journaliste ou même un extraterrestre ! Le jour J, vous serez prêts !

Encore une chouette anthologie proposée par le Mouton en slibard.
Cette fois-ci, on retrouve plusieurs nouvelles sur le thème des extra-terrestres et j’avoue que moi, je me suis senti d’humeur Fox Mulder et que je l’ai dévoré en bouffant des pipas.

Au menu: 6 nouvelles:
« L’ami retrouvé » d’Audrey Singh,‎
« Les visiteurs » de Simon Bernard,‎
« Le point d’origine » de A.R Morency,‎
« UFO le voir pour y croire » d’Aurore Chatras,‎
« À en devenir chèvre » de Grégory Covin.
et
« Dans nos gênes » de Nicolas Sick.

J’ai trouvé ces 6 histoires très chouettes mais j’ai particulièrement  adoré « UFO le voir pour y croire » où une jeune journaliste se fait entourlouper (ou pas) et « À en devenir chèvre » ou je ne m’attendais pas du tout à cette chute.

Encore une fois, un très bon cru.
Des lectures très divertissantes sur un thème que j’affectionne tout particulièrement: les petits hommes verts.
Et, n’oublions pas: La vérité est ailleurs.

Nutty UFO 
98 pages,
2,99 euros au format ebook. 

Merci beaucoup Nutty Sheep.

Share Button

#EmmaLit – « Le chat qui a tout vu » de Sam Gasson

Bruno, 11 ans, rêve de devenir détective privé, comme son père. Des sujets d’investigation, il en voit partout autour de lui !
Lorsque la mère de son ami Dean est retrouvée assassinée, baignant dans une mare de sang, Bruno est bien décidé à mettre la main sur le coupable.
Son arme secrète ? Sa chatte Mildred, seul témoin du crime grâce à la caméra miniature installée sur son collier. Mais Mildred a disparu…
Tout semble accuser le père de Dean, un homme violent et jaloux, mais le voisinage de ce quartier a priori sans histoire cache quelques secrets inavouables… qui ne sauraient échapper à l’œil perçant d’un chat !

Je l’avoue sans complexe, j’ai craqué sur ce livre à cause du chat sur la couverture.
Je suis comme ça, moi… Un chat et je craque.

Ensuite, j’ai lu le quatrième de couverture et cela m’a encore plus donné envie de lire ce livre.
Un chat, un petit garçon, un meurtre… Cela promettait une histoire pleine de Mystères et boule de gomme et je n’ai pas été déçue du tout car ce roman est des plus divertissants.

On pourrait se demander ce que viennent faire le petit Bruno et son chat au bout milieu de cette sombre affaire de meurtre mais non… ils sont là, au première loge et c’est ce qui fait le charme de cette enquête.
On se fiche que cela ne soit pas crédible, cela nous fait sourire et nous donne envie de savoir si Bruno et Mildred (et non pas la Police) vont réussir à trouver le coupable.

Bruno a grandi avec un père détective privé et il espère un jour pouvoir marcher dans ses pas et le plus tôt sera le mieux semble-t-il puisqu’il adore fouiner partout quitte à mettre en péril les investigations de la Police.
Il met son nez partout, prend des notes, interroge les suspects…
On l’imagine facilement en train de fureter avec son petit calepin dans son quartier.
C’est un personnage très attachant et j’espère sincèrement qu’on le retrouvera dans d’autres enquêtes.
« Le chat a tout vu 2 : il revient et il n’est pas content » :)

Le roman est très agréable et très facile à lire.
Le suspense est très présent et il y a même quelques rebondissements étonnants.
En tant qu’ amoureuse des chats et des mystères mystérieux, j’ai vraiment apprécié ma lecture.

« Le Chat qui a tout vu » de Sam Gasson 
Editions L’Archipel , 320 pages.
21 euros en broché.
14,99 euros au format numérique. 

Merci aux Editons L’Archipel pour ce partenariat.

Share Button

#EmmaLit : Nutty Valentine’s: Les histoires d’amour finissent mal

C’est bientôt la Saint Valentin et pour l’occasion j’avais remarqué il y a quelques temps que mon mouton en slibard préféré au monde avait sorti une Anthologie à la gloire de la Saint Valentin et de l’amour, le grand, le vrai, le beau… celui qui dure toute la vie (jusqu’à ce que mort s’ensuive!!)

12 nouvelles d’auteurs différents.
Dean Venetza, Christelle Pacaud, Linda Vanden Bemben, Patrick Boutin, Arnaud Rakitch, Alice de Castellanè, Sandrine waronski, Béatrice Ruffié Lacas, Docteur Saint-Janvier, Edwige et L.Williams se retrouvent dans ce recueil.

Des auteurs avec des styles totalement différents.
12 histoires pleine d’Amour, de l’Amour dégoulinant comme de l’hémoglobine sur la tronçonneuse de Leatherface.

D’ordinaire dans ce genre d’anthologie, il y a toujours une ou deux nouvelles qui ne me plaisent pas trop mais là, je les ai toutes adorées.

D’ailleurs, je suis assez admirative du talent de ces auteurs car pour moi écrire une nouvelle me semble être un exercice bien plus périlleux qu’écrire un roman.
Il faut aller direct dans le vif du sujet sans poser de décor, sans présenter les personnages et réussir à tenir le lecteur en haleine le long de quelques pages seulement.

Et ici les histoires sont vraiment très courtes donc imaginez un peu comme il a fallu manier la plume avec brio.

Mes préférées:
« Le saule » de Dean Venetza
« Hara Kiri » de Patrick Boutin
« Le mariage d’outre-tombe » d’Alice de Castellané
et,
« Désiré » du Docteur Saint-Janvier

Mais sans rires, elles valent vraiment toutes le coup.

Mais attention , âmes sensibles s’abstenir.
Chez Nutty Sheep, on est pas là pour manger des chamallows en se roulant dans des pétales de roses! :p

Nutty Valentine’s: Les histoires d’amour finissent mal
2,99 euros en ebook.

Share Button