J’ai testé les Diamond Dotz

Cet été dans une mercerie, je suis tombée sur un petit kit tout mignon:

Un Starter Kit Diamond Dotz.
Je ne connaissais absolument pas et outre l’ourson choupi, le fait que cela soit présenté comme une grille de point de croix m’a convaincue de craquer.
Je crois que cela coûter dans les 7 euros.

Le kit se compose:
– d’une toile de tissu imprimé avec la grille à reproduire dessus.
– de petits sachets de « Diamonds dotz » des différentes couleurs nécessaires à la réalisation de ce projet.
– d’un stylet « Diamond dotz ».
– d’un petit récipient pour déposer nos petits « diamants ».
– d’une boite de cire.
Et même de petits sachets en plastique pour pouvoir y ranger par la suite les Diamonds Dotz qu’il pourrait vous rester.

La spécificité de la toile est qu’elle est encollée et qu’à l’aide du stylet, on attrape les Diamond Dotz un par un pour venir les déposer au bon endroit en respectant le code couleur.

Simple et efficace.


Pour ma part, j’ai laissé le film plastique protecteur jusqu’au bout, histoire de préserver ma toile de la poussière (et des poils de chats :p)
Je l’ai terminé en deux soirées en regardant des séries télévisées en même temps donc si on reste concentré, je pense que c’est assez rapide à finir. (enfin pour une toile de cette taille, quoi!)

Et voilà, le résultat:

Mignon, non?

Il ne me reste plus qu’à trouver un petit cadre pour pouvoir l’exposer.

J’ai bien aimé réaliser ce petit ourson mais je pense que je préfère largement le point de croix.
Ma mère m’a parlé de kit combinant « Diamond Dotz » et point de croix, il faudrait que je me renseigne.

Et vous, que bidouillez-vous en ce moment? 

Share Button

My 365 of 2017

Lundi 11 Septembre: 
Un rendez-vous vers les plages du Prado.
L’occasion de marcher un peu sur la corniche.
C’est un peu la seule chose qui me manque de mon ancienne micro-crèche: l’environnement.
La Canebiere, c’est vraiment moins glamour!
Mais bon, bonne nouvelle, ce rendez-vous m’a confirmé que ma maladie n’avait pas d’atteinte nerveuse.

Mardi 12 Septembre: 
Découper des petits bouts de papiers pour une activité au boulot et trouver cela drôlement joli! :)
Il faut dire que je suis trop sympa de laisser les enfants faire du collage avec mes jolis papiers Hema. :p

Mercredi 13 Septembre: 
J’ai trouvé un cours de Yoga à mon niveau!
Haha!

Jeudi 14 Septembre: 
J’ai reçu cette carte de la part de Stéphanie.
Moi, je veux bien aller du côté obscur mais je pense que mon Angelus Yodason de mari ne serait pas d’accord. :p

Vendredi 15 Septembre: 
Ma responsable m’a fait rentrer plus tôt car j’étais au bout de ma vie.
Les joies de travailler avec des enfants.
J’ai quand même eu le temps de récupérer mon colis « Colore ton swap » avant d’aller me coucher.

Samedi 16 Septembre: 
Malade à crever…
Heureusement, j’ai un petit garde malade.
Je suis dégoutée car j’avais réservé une chouette balade urbaine dans le cadre des journées du patrimoine.
Au final, je suis restée clouée au lit!

Dimanche 17 Septembre: 
Cela allait mieux!
J’ai pu voir ChaCha and family <3
Puis, nous sommes allés aux Terrasses du Port.
Je ne suis pas fan des terrasses du Port mais le mari avait rendez-vous au Genius Bar de l’Apple Store.
J’ai quand même été flâner du côté de chez Tiger et de chez Little Extra, hein! :p

☆♢★♢☆♢★♢☆♢★♢☆♢★♢☆♢★♢☆♢★♢☆

Bonne semaine prochaine à toutes et à tous.

Share Button
This entry was posted in My 365.

#Swap – Colore ton swap

Pour la rentrée, je m’étais inscrite au swap « Colore ton swap » sur le forum Livraddict.
Un swap où j’étais en binôme avec XL.

Pour ce swap, il fallait choisir une couleur et notre binôme devait nous confectionner un colis contenant:

– 2 livres de la WL (dont la couverture (ou un de ses éléments) est de la couleur choisie et/ou dont le titre ou le nom de l’auteur fait mention de la couleur choisie)
– 1 carte 
– 1 MP
– 1 boisson et 1 gourmandise de la couleur choisie
– des surprises de la couleur choisie

Je vous laisse deviner la couleur que j’avais choisi.

Eh oui, le bleu!

Et voici, ce que j’ai reçu de la part d’XL:

– Une jolie carte illustrée de roses bleues:

– Un lot de marque-pages:

J’aime beaucoup celui-ci:

– Niveau gourmandises, j’ai reçu des bonbons trop bons:

– Et un petit café :

–  Un magnet gourmand aussi :

– Un savon artisanal trop joli senteur hortensia:
Je n’avais jamais sniffé d’hortensia… cela sent trop bon!

– Des chaussettes rigolotes! :)

Au niveau des livres: grosse surprise!!
Je lui avais donné le lien vers ma Wishlist Amazon, je m’attendais à recevoir un des derniers livres que j’y avais ajouté mais pas du tout: XL a été piocher plus loin dans ma liste et du coup, je ne m’attendais pas du tout à recevoir ces livres et cela m’a trop fait plaisir :)

J’ai donc reçu « Les jours Areuh » de François d’Epenoux dont j’avais beaucoup entendu parlé à sa sortie.

3 heures du matin. Assis dans un fauteuil sous le rond de lumière d’un abat-jour, un homme de 50 ans donne le biberon à son nourrisson de 3 mois. Entre eux : un demi-siècle et 96 kilos de différence. 
D’un côté un homme mûr, encore tout étourdi de cette paternité tardive. De l’autre, minuscule dans les bras de son père, un bébé qui a la vie devant lui. Une comptine qui, entre l’anecdotique et l’onirique, l’humour et la poésie, pose un regard sur le monde et le redoutable bonheur d’être père. 

Et « Petits portraits de très grandes personnes » de Barbara Constantine.

On aurait pu les appeler personnes âgées, mais « ça aurait été réducteur. Papi ou Mamie n’ont pas toujours eu des cheveux blancs et des sourcils en broussaille, n’ont pas toujours eu besoin de déambulateurs ou de dentiers. Il fut un temps où ils ont couru, ri, joué, raconté des blagues, fait des galipettes, eu des peines de coeur, des frustrations, des peurs, de l’acné…

Difficile d’imaginer la vie qu’ils ont menée. En lisant, vous en aurez une petite idée. Les textes sont courts, les photos sont trippantes, qu’est-ce que vous risquez ? D’avoir envie d’aller les voir ? D’aller leur taper la bise ? Ce serait nickel. Ils ont tellement besoin d’amour… »

Je suis ravie-ravie.
Vous pouvez voir ce que j’ai envoyé à XL sur son blog.

Share Button

#EmmaLit : Des nouvelles zombiesques

Dernièrement, j’ai eu la chance de pouvoir lire deux autres nouvelles assaisonnées à la sauce mort-vivants.
Ces nouvelles sont encore une fois publiée chez « Nutty Sheep » .

  • « Magdaleina » de Carine Foulon

Magdaleina est belle, séduisante, sexy. Le narrateur est sous le charme. Son seul souci : Magdaleina est un zombie.

Une nouvelle de 17 pages qui se dévore d’une traite non pas parce qu’elle est courte mais parce qu’elle est tout ce qu’il y a de plus captivant.

Magdaleina a l’air de subjuguer le narrateur, par contre, en règle général lorsqu’il y a un zombie, il n’est pas seul et pourtant ici cela semble être le cas…
Mais pourquoi donc?

Pourquoi Magdaleina a l’air d’être la seule zombie aux alentours et pourquoi le narrateur a-t-il cet attachement si particulier pour elle.

J’ai beaucoup aimé la chute de l’histoire.
Surprenante et qui rend Magdaleina délicieusement (si on aime la chair putride et fétide! :p)  attachante

  • « Zombisness » de Patrice Quelard

Comme disait ma grand-mère, qui avait la bosse du commerce : « Y’a pas de sotte marchandise, tant qu’il se trouve au moins un couillon pour l’acheter ! » On dirait bien que ça se vérifie, parce que figurez-vous que j’ai appris qu’il y en a qui veulent faire du business avec des zombies ! Ah je vous jure, les gens ne respectent vraiment plus rien, de nos jours !

D’autres zombies, une toute autre ambiance.
Ici, l’important c’est l’argent quitte à transformer des gens en créatures sanguinaires…
… quitte à tuer des gens!

Peu importe tant que les caisses sont pleines.

J’ai beaucoup aimé.
Une belle critique de la société.

En plus, il y a pleins de références geeks et j’ai trouvé cela très chouette… forcément! :)

L’anthologie « Nutty Zombie » vient de sortir.


Elle regroupe 4 nouvelles zombiesques dont ces deux-là, « Exutoire » et « Punk’s not dead » que j’ai lu, il y a quelques semaines et que j’avais beaucoup aimé aussi.

Vous lisez quoi en ce moment, vous? :) 

Share Button

My 365 of 2017

Lundi 4 Septembre: 
Cette semaine, j’ai prévu quelques activités autour du livre « Pop mange de toutes les couleurs de Pierre Bisinski et Alex Sanders.
Un petit livre trop mignon que les enfants adorent et qui permet de découvrir les couleurs et les fruits et légumes.
Double effet kiss-cool en somme.
Aujourd’hui, les enfants ont donc peint un Pop géant en associant les couleurs à des aliments.
Pop a donc mangé des bananes, des framboises et des schtroumpfs.

Mardi 5 Septembre: 
Memory des fruits et légumes inspiré aussi par « Pop mange de toutes les couleurs » donc dessiné dans le même esprit que les illustrations du livre.
Ce qui m’arrange bien car ce n’était pas trop compliqué à reproduire! :p
Memory qui a terminé dans la dinette, une fois que les enfants en ont eu assez de retrouver les paires… Evidemment.

Mercredi 6 Septembre: 
« Maman , les petits bateaux »
J’étais d’après-midi et un peu en avance alors j’en au profité pour aller faire un petit tour du côté du Vieux Port.
Cela faisait longtemps!!

Jeudi 7 Septembre: 
Je veux bien faire ma BadGirl mais c’est encore loin le week-end?

Vendredi 8 Septembre: 
Activité en mode même pas peur.
Oui, j’ai dû bichonner le pain d’argile car mes anciennes collègues l’avaient laissé sécher dans un coin…
Je l’avoue… elles ne me manquent pas du tout!!
Je n’avais pas encore proposé aux enfants avec qui je travaille de patouiller dans l’argile et c’est assez chouette!

Samedi 9 Septembre: 
Limite, je préfère Marseille lorsqu’il fait moche et sans les touristes.
Suis-je folle?
Nous avons fait une petite promenade en bord de mer entre deux averses et c’était vraiment sympa.
Un bon bol d’air!

Dimanche 10 Septembre: 
C’est ce qu’on appelle: avoir l’embarras du choix.
J’aime bien aller au cinéma le dimanche matin… il n’y a pas foule, c’est appréciable!

☆♢★♢☆♢★♢☆♢★♢☆♢★♢☆♢★♢☆♢★♢☆

Bonne semaine prochaine à toutes et à tous.

 

Share Button
This entry was posted in My 365.

#EmmaLit – Frappe-toi le coeur d’Amélie Nothomb

À chaque rentrée littéraire, c’est maladif… il faut que je me jette sur l’Amélie Nothomb de l’année.
Parce qu’elle est comme ça, Amélie, réglée comme un coucou: à chaque rentrée: Bim, elle nous pond un roman.

Enfin, un roman…
Si on réduit la police d’écriture qui est à son max (mais parfait pour les lecteurs qui ont des soucis de vue!) et les marges gigantesques (parfait pour mettre pleins d’annotations ou des corrections!! ^^) … il ne reste plus grand chose!

Mais bon…
Amélie me fascine et chaque année, j’espère tirer un bon numéro.

Alors qu’en est-il du cru 2017?

« Frappe-toi le coeur, c’est là qu’est le génie », Alfred de Musset.

Et bien contre toute attente…

J’ai détesté!!!

Oui, c’est bien le mot…
Et pour le coup du début à la fin.

D’habitude les années pas top: j’adore au début et à la fin: plouf! Plus rien…
Là, non…
Je me suis fait chier du début à la fin.

L’histoire aurait pu être bien si le personnage de Diane avait pu être un minimum attachant mais non, elle est totalement transparente, c’est peut-être l’effet voulu mais au final, cela ne nous donne pas envie de savoir ce qui va lui arriver… Limite Diane ou un hareng : même combat: on s’en fout!!

Pour le pitch: Diane est l’ainée de Marie , une jeune fille magnifique parfaite et tout le tralala qui n’avait pas prévu d’avoir un enfant si tôt et encore moins une petite fille aussi belle qui attire plus les regards qu’elle…
Du coup, Marie ne peut pas blairer Diane.
Par contre, elle adore son petit frère et voue un culte sans nom à la cadette (Bah oui, elle est moche!)
Diane finit par se barrer de chez elle et rencontre un jour une femme fabuleuse qui va devenir son mentor jusqu’à ce que…

Je ne vous en dit pas plus mais je pense que « Frappe-toi le coeur » aurait pu être bien si les personnages et leurs sentiments avaient été plus travaillés, ce qui n’est absolument pas le cas.
J’ai lu ce roman tel un robot, je n’ai rien ressenti du tout.

Gros flop… Vivement l’an prochain!!! :p

En fait, je crois qu’Amélie devrait ce contentait de parler d’elle dans ses romans désormais.
C’est vraiment ce qu’elle fait de mieux!

Share Button

My 365 of 2017

Lundi 28 Août: 
Ma responsable m’a prêté ce livre , c’est le deuxième tome du cycle « Le poids des secrets » d’Aki Shimazaki , je viens de terminer le 1e et j’ai adoré.
Hâte de dévorer celui-ci du coup!
Je dois avouer que cela me change de travailler avec des gens qui ont un minimum de culture parce que jusqu’à présent je n’étais tombée que sur des fans de télé réalité au boulot et je passais pour une sorte d’OVNI 😬
Là, je peux parler littérature avec ma Boss et une de mes collègues a les mêmes goûts séries et cinéma que moi!
C’est trop chouette!! 👌

Mardi 29 Août: 
Petit goûter tardif.
Je suis très fatiguée en ce moment et je l’avoue, j’ai du mal à suivre Weight Watchers à la lettre.
Mon médecin m’a prescrit une cure pour reprendre des force.
J’espère que cela va fonctionner parce que là…
Pssssss…

Mercredi 30 Août: 
Je me suis offert un super mug (c’est le cas de le dire!) pour le boulot.

Jeudi 31 Août: 
J’occupe mes jours de récup’ de manière tellement Cool. 😎
Au programme : EFR, Scanner des poumons et IRM de la colonne vertébrale 👌
Heureusement, à midi, c’était fini et j’ai pu profiter de mon après-midi tranquillou.

Vendredi 1e Septembre: 
Les grands s’en vont et avoir autant de remerciements de la part des parents alors que je ne suis là que depuis 6 mois, cela fait chaud au coeur 😍

Samedi 2 Septembre: 
Grosse Régalade en perspective avec ces desserts gagnés à un concours!

Dimanche 3 Septembre: 
T’as la gueule de bois, Max?
Et dire que cela va faire un an que ce miaou partage notre vie.

☆♢★♢☆♢★♢☆♢★♢☆♢★♢☆♢★♢☆♢★♢☆

Bonne semaine prochaine à toutes et à tous.

 

Share Button
This entry was posted in My 365.

#EmmaLit – Mon avis sur « Tsubaki » et « Hamaguri » d’ Aki Shimazaki.

Cette semaine a été riche en lecture.

J’ai lu pas moins de 4 romans, 2 nouvelles et un livre qu’on pourrait qualifier de médical.
Il faut dire que depuis que j’ai décrété qu’on pouvait emmener un bouquin pour la surveillance des siestes au boulot, j’ai parfois une heure à une heure et demi de lecture en plus dans la journée.

Hey hey!!

Je vais commencer par vous donner mon avis sur deux cours romans que j’ai lu en début de semaine (je reviendrais sur mes autres lectures dans un ou plusieurs autres articles!) :  les deux premiers tomes du cycle « Le poids des secrets » de Aki Shimazaki.

  • Tsubaki 

Dans une lettre laissée à sa fille après sa mort, Yukiko, une survivante de la bombe atomique, évoque les épisodes de son enfance et de son adolescence auprès de ses parents, d’abord à Tokyo puis à Nagasaki. Elle reconstitue le puzzle d’une vie familiale marquée par les mensonges d’un père qui l’ont poussée à commettre un meurtre.
Obéissant à une mécanique implacable qui mêle vie et Histoire, ce court premier roman marie le lourd parfum des camélias (tsubaki) à celui du cyanure. Sans céder au cynisme et avec un soupçon de bouddhisme, il rappelle douloureusement que nul n’échappe à son destin.

    • Hamaguri

Deux petits enfants de Tokyo, Yukio et Yukiko, scellent un pacte de fidélité en inscrivant leurs noms à l’intérieur d’une palourde, comme un serment d’amour éternel. Devenus adolescents, ils se retrouvent à Nagasaki sans se reconnaître ; les sentiments qui les habitent désormais, qui les troublent profondément, leur seraient-ils interdits ? Aux dernières heures de sa vie, la mère de Yukio cherchera à ouvrir les yeux de son fils en lui remettant ce coquillage sorti du tiroir de l’oubli.

J’ai vraiment beaucoup aimé et j’ai hâte de lire la suite.
Un amour impossible entre deux personnes Yukio et Yukiko et des secrets que certains découvrent bien tard.

Dans le 1e tome, il est beaucoup question de la bombe atomique qui a anéanti la ville de Nagasaki mais aussi des mensonges du père de Yukiko.
Cette dernière va apprendre l’horrible vérité au sujet de Yukio, le jeune homme dont elle s’est éprise et cela va la pousser à commettre l’irréparable qu’elle avouera à son tour à fille dans une lettre posthume.

Dans le second tome, Yukio est très présent et on en sait plus sur sa rencontre (ou plutôt ses rencontres) avec Yukiko et la manière dont il va apprendre des années plus tard qui elle est réellement pour lui.

J’ai vraiment beaucoup aimé, c’est très bien écrit, tout en délicatesse.
L’auteure a un style très épurée mais poétique.
Ce sont des romans très courts qui se lisent très vite (parfait pour la surveillance des siestes! :p)
On y sent vraiment l’ambiance du Japon, pays que j’affectionne tout particulièrement.

Après j’ai hâte de lire la suite mais aussi un peu peur.
Peur que l’on finisse par tourner en rond mais on verra. :)

Share Button

« Des années 60 à nos jours » , l’exposition Jean-Marie Périer qu’il ne fallait pas rater

Le week-end dernier avec mon Angelus Yodason de mari, nous sommes allés à l’exposition « Des années 60 à nos jours »

Une exposition se déroulant aux archives et bibliothèque départementale de Marseille et exposant 160 photos emblématiques prises par Jean-Marie Périer dans les années 60 et 70.


Des clichés pour la plupart emblématiques.

Des photos de Jacques Dutronc, Johnny, Cloclo, Françoise Hardy… Sylvie Vartan ou encore Françoise Hardy et même Mireille Mathieu pour les français…

D’ailleurs Alain Delon n’était pas degueu jeune…

Des photos des Beatles, des Rolling Stones, de Keith Richards (rien que cela!!) … pour les étrangers.

On en a vraiment pris pleins les yeux alors qu’on n’était même pas nés à l’époque où ces photos ont été prises…
Mais certaines ont traversées les époques et on les avait déjà vu comme par exemple celles des Beatles avec la porte, celle d’Alain Delon qui a été utilisé par une grande marque de parfums il n’y a pas très longtemps d’ailleurs (en enlevant la cigarette!!) ou encore celle-ci:

Où se trouvent tous les chanteurs avec lesquels nos parents nous ont saoulés quand on était petits.

D’ailleurs, je ne sais pas vous mais moi, dans la voiture, mes parents avaient un cassette audio qu’on appelait avec mon frère: la « cassette de punition », c’était leur joker pour les longs trajets lorsqu’on commençait à les gaver , bim, il nous claquait du Hervé Villard et compagnie…
On a pas eu une enfance facile, je vous le dis! :p

Pour information, si vous voulez voir cet exposition, il va falloir vous dépêcher car après le 2 septembre, il sera trop tard.
L’entrée est ligne, ce sera dommage de s’en priver.

Il y a aussi une exposition de photos où Jean-Marie Pèrier mais en scène des provençaux anonymes brandissant des photos des personnalités du coin.

Et puis, une partie où les archives départementales présentent un fonds photographique issu de ses collections signé Raymond Depardon, Bernard Plossu, Agnés Varda ou Jacques Windenberger (mais je dois avouer que je n’ai pas du tout aimé cette partie… je pense que mes photos instragram sont biens plus jolies que les photos qui étaient exposées et pourtant, je poste de sacrées merdes sur IG :P)

Share Button

My 365 of 2017

Lundi 21 Août:
Courrier du jour , cela remonte un peu le moral apres une journée toute nulle.
On a vraiment peu d’enfants au boulot et sans déconner, on se fait bien chier et cela me fatigue beaucoup encore plus que quand on a tous les enfants.
Et cela risque d’être pire la semaine prochaine où tous les grands partent pour l’école!!

Mardi 22 Août:
Mais bon, ne pas avoir beaucoup d’enfants, c’est quand même sympa car comme ils sont supers calmes (trop parfois!!) , j’ai pu leur faire tester une activité que j’avais en tête depuis pas mal de temps.
Du transvasement avec de l’eau colorée et des pipettes de laboratoire.
En plastoc , les pipettes, hein!! :p
Ils se sont éclatés!!

Mercredi 23 Août:
J’ai trouvé ce street-art très juste!! :)

Jeudi 24 Août:
Mon casier au travail avait l’air vraiment trop austère du coup, je l’ai décoré avec une citation d’Oscar Wilde que je trouve très inspirante.
Je devrais peut-être en faire mon mantra.

Vendredi 25 Août:
Marseille trop puissant… ou pas!!
En ce moment, je me dis que Marseille n’est pas une ville faite pour moi.

Samedi 26 Août:
Nous avons fait l’exposition de Jean-Marie Périer « Des années 60 à nos jours » à la bibliothèque départementale de Marseille et c’était très chouette.
Par contre, si vous voulez la voir, dépêchez-vous, c’est jusqu’au 2 septembre.

Dimanche 27 Août:
Les cartes postales de mon amie Charlotte > Les cartes postales des autres.
Elle n’est pas trop mignonne cette photo royale.
En plus, Charlotte essaie de faire coucou comme sa maman, c’est trop choupie.

☆♢★♢☆♢★♢☆♢★♢☆♢★♢☆♢★♢☆♢★♢☆

Bonne semaine à toutes et à tous.

Share Button
This entry was posted in My 365.

#EmmaLit : Mes lectures de la semaine

Autant la semaine dernière, je n’ai rien lu…
La reprise du boulot a été un peu difficile après un mois de vacances.

Autant cette semaine, j’ai terminé 2 romans et une nouvelle.
Et même qu’ils étaient chouettes.
Chacun dans un style très différent mais tous très chouettes!

Le premier « Faits l’un pour l’autre » de Terri Osburn.

Parfois, votre second choix s’avère être le bon…
Toute sa vie, Beth Chandler a fait passer les envies des autres avant les siennes. Elle a étudié le droit pour faire plaisir à ses grands-parents. Elle a accepté d’épouser son petit ami accro au boulot, Lucas, pour lui faire plaisir. Et, malgré sa phobie des bateaux, la voilà embarquée sur un ferry pour aller rencontrer les parents de son fiancé, encore une fois pour leur faire plaisir.

À bord, alors qu’elle est prise d’une crise de panique, Beth fait la connaissance d’un bel inconnu qui tente de la rassurer et qui, au passage, lui chavire le cœur. Mais elle découvre bientôt, paniquée, que son sauveur sexy n’est autre que Joe, le frère de Lucas. Une histoire d’amour avec le frère de son fiancé est-elle vraiment envisageable ? Certes Lucas se montre davantage intéressé par l’évolution de sa carrière que par celle de son couple, mais Joe se révèle être tout ce qu’elle n’aurait jamais cru désirer…

Alors, je l’avoue, j’ai choisi ce livre à cause de la couverture!!
Elle est trop joli avec le phare en plus! <3
Il n’en faut pas plus pour me séduire!!

Et bien, encore une fois lorsque je tombe amoureuse d’une couverture: bonne pioche!!

J’ai passé un très bon moment sur l’île d’Anchor avec Beth et Joe.
On sait de suite ou cela va nous mener mais c’est tellement mignon avec un soupçon d’interdit qu’on se laisse vite prendre au jeu.
Et cette histoire de plan machiavélique pour transformer cette petite île tranquille en un grand complexe hôtelier…
Cette petite île qui m’a tout du long fait penser à l’île d’Oléron que mon mari aime tellement. (Bon, moi aussi!! :p)
En plus de Joe et Beth, j’ai beaucoup aimé les personnages secondaires comme Sid, le garçon manqué qui n’a pas conscience qu’elle est magnifique ou encore Lola, la vieille dame qui tient une boutique sur Anchor et qui n’a jamais oublié son amour de jeunesse.

Bref, une petite romance choupie qui m’a donné l’impression de prolonger un peu plus mes vacances avec son départ idylique.

« Faits l’un pour l’autre » est le tome 1 de la série « Anchor Island » … Du coup, j’ai hâte de lire la suite!!

Ensuite, j’ai lu « L’ombre du papillon » de Marilyse Trécourt.

Avez-vous déjà eu envie de remonter le temps pour réparer vos erreurs, effacer la parole malencontreuse que vous n’auriez pas dû prononcer, oser aborder cet inconnu que vous ne reverrez plus, reposer ce verre qui vous a fait perdre le contrôle de votre voiture, accorder plus d’attention aux êtres que vous aimiez avant qu’ils ne disparaissent ? 
C’est malheureusement impossible. Pas dans la réalité telle que nous la connaissons. Mais n’existe-t-il pas une dimension parallèle à la nôtre dans laquelle d’autres choix sont possibles ? Thomas a eu cette opportunité. De l’autre côté du ciel, sa grand-mère lui a accordé vingt ans pour revivre son existence. Aura-t-il le courage de bouleverser le cours de sa vie ? Oubliera-t-il son passé, sa femme et ses enfants ? Saura-t-il éviter le chaos provoqué par le battement d’ailes du papillon ? Parviendra-t-il à déjouer le drame qui a causé sa perte ? Cette histoire vous invite dans un voyage dans le temps, dans une existence trépidante, faisant rimer bonheur et douleur, victoires et désespoir. Elle nous amène à comprendre que si nous ne pouvons remonter le temps, nous pouvons néanmoins être l’acteur de notre vie, et non plus un simple figurant.

Gros coup de coeur!!

J’ai dévoré ce livre en à peine 2 jours!
J’ai adoré.

Je suis vraiment rentrée dans cette autre dimension avec Thomas et j’avais peur dès qu’il avait un choix à faire.
Un roman qui prend aux tripes et nous fait passer par toute une palette d’émotions.
Une belle histoire qui nous secoue un peu.
Et si on me proposait de revivre tout un pan de ma vie ferais-je les mêmes choix?
Pourquoi ai-je fait ce choix là et pas un autre?
En y réfléchissant bien au final, je n’ai aucun regret sur la vie que je mène aujourd’hui mais il faut bien avouer que « L’ombre du papillon » secoue un peu dans le sens positif du terme.

Les choix de Thomas ne sont pas toujours les bons même dans sa nouvelle dimension mais la manière dont ses choix influent sur sa personnalité est très intéressante.
On voit un homme se (re)construite au fil des pages et des années.
Devenir ce qu’il aurait vraiment aimé être pour lui mais aussi pour ces proches.

J’ai beaucoup aimé le côté « âme soeur » même si l’épilogue m’a un peu tout gâché.
D’ailleurs j’ai décrété que ce livre s’arrêtait avant cette épilogue… c’est mon choix! :)

Mais bon, épilogue ou pas, je vous conseille fortement de vous jeter sur ce roman, il est magnifique et même que je pense me procurer très vite les autres ouvrages de Marilyse Trécourt car j’ai vraiment aimé sa plume.

Et enfin, j’ai lu « Punk’s not dead » de Dean Venetza.

 

Les morts se relèvent et marchent sur le monde. La violence explose. Lorsqu’il s’agit de survivre, beaucoup de vivants sont plus prompts à scander « chacun pour soi ! » qu’à s’entraider. D’autres ont des priorités plus étranges… comme la musique punk !

Une nouvelle de 16 pages à base de zombies publiée chez Nutty Sheep.

Une nouvelle absurde et surprenante.
On arrive dans un monde envahi par les zombies où les humains essaient de survivre tant bien que mal.
Dans ce monde, des petits gars ont juste envie de faire de la musique en groupe (et quel groupe!!!) : de la musique Punk.
Le Punk, c’est parfait pour un monde post-apocalyptique,non?!
Rick Grimes et sa clique devraient y penser!! :p
Ou pas…
Car j’ai vraiment été surprise par le twist de la fin.
C’est trop bien amené et trop bien pensé: j’ai adoré et j’ai même rigolé.

Encore une bonne nouvelle du mouton en slip.
Merci beaucoup pour la découverte.

Et bonne nouvelle (hinhin!)
L’anthologie « Nutty Zombie » vient de sortir.


Elle regroupe 4 nouvelles zombiesques dont celle-ci et « Exutoire » que j’ai lu il y a quelques semaines et que j’avais adoré aussi.

Si comme moi vous aimez les histoires à base de morts-vivants: faites vous plaisir! :)

Allez, je file chercher mon prochain livre à lire dans ma PàL. 
Vous lisez quoi en ce moment, vous? :) 

Share Button

#CinEmma : Mon avis sur « Overdrive »

Les frères Andrew et Garrett Foster sont des pilotes d’exception, mais aussi des voleurs d’exception. Leur spécialité : voler les voitures les plus chères au monde. A Marseille, ils parviennent à dérober une sublime BUGATTI 1937, joyau de l’exceptionnelle collection de Jacomo Morier, parrain de la Mafia locale.  Ce dernier décide alors d’utiliser leur talent à son profit contre son ennemi juré, Max Klemp. Mais s’ils acceptent de rentrer dans ce jeu, c’est qu’ils ont en réalité conçu un coup d’une audace inégalée.  

Bon alors, je l’avoue, j’ai surtout voulu voir ce film parce que lorsque j’ai vu la bande-annonce, il y avait pas mal de plans de Marseille.
Non parce que les bagnoles, sans rires, personnellement, j’en ai rien à péter mais alors rien du tout.

Résultat des courses (haha, les voitures, toussa, toussa!! :p) : bah, je n’ai pas trop aimé.
L’histoire n’a ni queue ni tête, les dialogues frisent le ridicule et les acteurs jouent aussi bien que les acteurs de plus belle la vie.
Etonnant, non? :p

Alors effectivement, on voit bien Marseille et à toutes les sauces:
Le plan à la gare Saint Charles.
Le plan devant la Major.
Le plan au Vieux Port.
Le plan au Vallon des Auffes.
Le plan sur la Corniche.

Et évidemment le plan sur la Bonne Mère.
(On voit même l’endroit où je vis dans le générique du début :p)

Je pense que le réalisateur a ouvert son petit routard et a décidé de nous claquer tous les clichés marseillais dans les 1h30 que dure son film.

Mais bon, heureusement car c’est à peu près le seul intérêt de ce film!!

Enfin, le seul…
J’exagère car il y a aussi Scott Eastwood…

Sincèrement, c’est pas l’acteur du siècle mais bon, il est canon-canon!!
Le digne fils de son père (jeune, bien sûr, le Clint, hein! :p)

Graouuuuu! :p

J’en suis désormais à 39 films vus sur les 52 que je me suis mise au défi de regarder dans l’année!
Cela devrait le faire! :)

 

Share Button
This entry was posted in Cinéma.